Bienvenue à Tous
à ouvert ses portes le 17.08.2016
Merci à tous de nous avoir rejoint, nous allons passer de très bons moments ensemble.

Un petit coup de pouce pour booster le forum.
RENDEZ-VOUS ICI

Partagez | 
 

 i see fire - ft tala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: i see fire - ft tala   Ven 26 Aoû - 19:44


⊱ i see fire.



Elle s'immisçait dans tes draps, s'accrochait à ta peau pour mieux te sentir, pour mieux te maîtriser, te prenait à la gorge, tu suffoquais. Entre rêve et réalité, les pieds sur terre, l'esprit vagabond, seule cette garce t'empêchait de te laisser aller à un abandon de toi-même. Tourner, se retourner, chercher la fraîcheur, combler ce manque. Brasier infernal, ton petit foyer, du moins ce qui s'en rapprochait le plus, allait avoir ta peau. Les yeux clos, respiration rapide, les gouttes roulaient sur ta chair brûlante. Chaleur importune, sournoise, elle s'était rapidement glissée entre les parois de ton appartement mobile devenu fournaise. Explosion. T'avais ouvert les yeux, te dressant rapidement sur tes jambes. Souffle coupé. Langues flamboyantes qui léchaient un côté de ton camping car, elle rongeaient la taule et le mobilier, s'étendant à une vitesse folle. Merde. Ton coeur avait raté un battement. T'avais attrapé quelques affaires, balançant tes fringues par-dessus bord, jurant, pestant la gorge serrée, gestes approximatifs, rapides, tu ne réfléchissais plus, tu ne pouvais pas. T'étais tombé à genoux, toussant, crachant, abattu. Épaisse, invasive, elle t'avait attrapé à la gorge, se nichant au creux de tes poumons, cancer des brasiers, elle attaquait en première et, bien souvent, venait à bout de ses victimes avant même que les flammes ne puissent atteindre les corps brûlants. Agrippant ton draps, tu rampais, chien galeux, tentant de combattre les flammes d'un bout de tissu innocent, fragile. Le lavabo n'était qu'à quelques centimètres de ta petite personne, renfermant en son antre, l'ennemi de ces langues flamboyantes qui ne cessaient de gagner du terrain. T'avais, dans un ultime élan d'espoir, empoigné fermement l'inox ardent qui se dressait devant ta petite personne, piège sournois. Hurlement. Tu t'étais reculé brusquement, attrapant instinctivement ta main meurtrie, grimaçant. T'avais détalé, t'extirpant de cette fournaise avant que les flammes ne viennent te consumer. Ton corps suintant s'était écrasé de tout son poids sur le sol, dernière marche manquée, dernière fatalité. Sonné, un peu perdu, tu t'étais relevé avec beaucoup de mal, attrapant au passage les lambeaux d'une vie rongée par le feu. Quelques gouttes salées perlaient sur ton visage, se mêlant à la sueur et à la suie qui recouvraient tes joues, ton corps. « Putain de merde ! » Coup de pied dans un sac gisant au sol, t'avais empoigné un peu de terre à tes pieds, la jetant nerveusement sur ton foyer devenu propriété exclusive de ces langues flamboyantes. « Fait chier putain, fait chier! » Tousser, cracher, reprendre son souffle. T'avais fait quelques pas en arrière, attrapant un tee shirt et un pantalon pour recouvrir ton corps noir de suie avant qu'une âme innocente ou quelques pompiers ne viennent éteindre ce tas de taule incandescent. T'avais posé ton cul sur le sol sec et craquant à une distance importante de l'incendie, tu pouvais sentir la chaleur chatouiller ton corps comme une ultime provocation. Ta main meurtrie immobile, t'avais allumé un rouleau de nicotine accroché à tes lèvres, espérant que quelques bouffées de mort t’apaiseraient ne serait-ce que quelques minutes. C'était ça. Un mégot encore fumant jeté négligemment dans une poubelle. Erreur fatale. T'avais lancé violemment ta cigarette à peine entamée non loin de toi. Quelques minutes d’accalmie. L'herbe sèche avait fait naître de petites flammes sournoises à quelques mètres de ta petite personne.  « non, non, non ! » Nuit infernale. T'avais tapé du pieds les langues incandescentes pour les étouffer sous tes semelles avant de laisser un cri s'échapper. Un cri d'agacement, d'exaspération.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Ven 26 Aoû - 20:44

i see fire
cassidy & tala

Tes pensées lointaines. Tes mains sur le volant. La nuit tombée. Plusieurs heures que t’étais partie de chez toi. T’avais empruntée la voiture de Merliah. T’avais pas ta propre voiture. Non. Pour le peu que t’roulais t’en voyait pas l’utilité. Puis t’avais pas d’argent toute façon pour en assumer une. Oui tu vivais dans un manoir mais t’avais pas l’argent pour t’payer une bagnole. T’devais dire merci à ta jolie blonde. Tes pensées hantaient par tout ce qui se passait en ce moment dans ta vie. Tourments. Tourmentées. T’avais besoin de t’oxygéner. Quitter un peu la ville. T’échapper. Leur échapper. Quelques heures. Juste quelques heures. Tu ne demandais pas plus. Être seule. Et en paix juste un instant. Tout avait tellement bouleversée. Que tes pensées n’étaient plus nettes. T’arrivais plus à réfléchir correctement. Simplement. De la bonne façon. Alors t’avais profitée de ses quelques heures. Pour penser à autre chose. Penser à ton enfance avec tes frères. Ces souvenirs enfantins. Rêveur. Cette p’tite fille que tu étais. Joyeuse. Dans le bon chemin. Ce joli tout tracée pour elle. Maman te voyait faire des études de médecine comme elle. Elle. Elle se démenait à l’hôpital pour ses patients. Tellement de temps. Que ta mère t’était presque devenue invisible au fil du temps. Et puis elle vous a quitté. Subitement. En rentrant tard de l’hôpital. Un chauffard saoul. Fatigue. Inattention. Et une seconde plus tard. Trois enfants pleurent leur mère. La vie n’a plus jamais été la même. Toi non plus. T’avais pas le droit de parler de papa avant. Et encore moins à ce moment-là. Et puis t’as eu des bons moments avec tes grands frères. Taquins. Ils adoraient tellement t’embêter. Seule fille du lot. Seule fille de la fratrie. Et tu repensais à ce jour sur la plage. Ton cerf-volant dans les mains. Volant dans les cieux. Au rythme du vent. Il y a du vent ce soir. Fenêtre ouverte dans cette voiture. Tes cheveux colorés de rose volant à sa cadence. Ce fameux jour à la plage. Et puis t’as lâché. Tu as lâché ton cerf-volant. Il s’est envolé. Trop loin. T’savais pas où il avait atterris. Lou. Un de tes grands frères. A fouillée partout pendant un temps sans fin. Et finalement il l’a retrouvé. Cassé. Mais là. Il était fier. Tu étais fière. Ce soir-là. En rentrant vous aviez fait des crêpes tous les trois. C’est certainement le meilleur des derniers souvenirs que tu as de vous trois réunis.

Et puis toute ta vie à basculée. Le départ de Gabriel il y a sept ans. Ta rencontre avec Ange il y a cinq ans. Bye. Bye la p’tite fille que t’étais. En revoir. Le beau chemin tout beau. Enchaînement de mauvais choix. Et mauvaise fréquentation. Et te voilà aujourd’hui sur le retour. Sur cette route. Et puis de la fumée. Tu ralentis doucement la voiture. Tu finis par t’arrêter sur le bas cotée. Y’a quelque chose qu’est en train de brûler. Un peu plus loin. T’en ai sûr. T’es presque en ville. Quelques mètres et voilà le panneau « Bienvenue à Haven Bay ». Et oui effectivement y’a bien un truc qui crame. Un cri résonne à tes oreilles. Et ce n’est qu’à ce moment-là. Que tu le remarques. Mais il n’est qu’à quelques mètres de ce qu’a été en pris en otages par ce feu rougeoyant. Rien que la fumée que cela dégage te donne envie de tousser. Et pourtant. Tu t’approches de lui. Doucement. Ta main se pose sur son épaule. «  hey ! ». Tu sors ton téléphone de la poche. Et tu composes le numéro des pompiers. Ils allaient arrivés. « tu vas bien ? ». S’il est là. Non c’est que ça ne doit pas vraiment aller. Et au vu de sa tête non ça va pas. T’te demande surtout ce qu’il faisait là. Si ce qui brûlait lui appartenait. On pouvait déjà entendre au loin, le bruit des sirènes qui retentissait. Tu observes au loin cette lueur rougeoyante. Dégageant sa chaleur de braise. Brûlant sans aucun regret. Chaque parcelle de cette victime. Flamme assassine dévorant en son être toute une vie. T’avais toujours ta main posée sur son épaule. Et bientôt les pompiers étaient là. Prêt à mettre en sourdine ce bourdonnement des flammes qui consument.
Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Sam 27 Aoû - 0:11


⊱ i see fire.



Elle dévorait ta compagne des mauvais jours, celle avec qui tu avais voyagé des années entières, celle qui t'avait protégé contre vents et tempêtes, la taule incandescente s'affaissait, se brisait, elle n'était plus qu'un tas de ferrailles, un bûcher nocif qui appelait de sa fumée, les curieux et les pyromanes et offrait, malgré tout, un spectacle nocturne que tu aurais pu aisément apprécié si ça n'avait pas été ton toit qui se consumait sous tes yeux. Ton hurlement se perdait, étouffé par le grondement des flammes qui rongeaient, dévoraient ta propriété. Contact. Sursaut. T'avais brusquement tourné la tête. Traits féminins, voix rassurante. Un long soupire s'échappa d'entre tes lèvres. Le bruit des sirènes perçaient la nuit, étouffaient ces crépitements incessants qui provoquaient en toi, un sentiment d'impuissance, de dégoût, d'injustice. T'avais balayé des yeux le cadavre de Selah. Doux prénom pour une compagne de taule et d'essence. Déglutition difficile.  «  Je viens de perdre ma baraque, une partie de mes affaires et une de mes mains » T'avais pouffé de rire. Un rire amer, un rire nerveux.  «  J'ai pas crevé dans mon lit donc j'imagine que ça devrait aller » Tousser. Cracher ses poumons. Corps secoué de spasmes, jurons. T'avais attrapé tes quelques affaires éparpillées autour du cadavre flamboyant avant que la cavalerie des soldats du feu ne les piétinent. Quelques camions, fourmilles aux mouvements mécaniques, instinctifs, ils s'afféraient autour de ton tas de ferrailles. Très vite, les flammes diminuaient, mourraient, suffoquaient, s'éteignaient sous le poids de leur ennemi. Tousser. Cracher. Jurer, une nouvelle fois, triste répétition. Quelques questions qui fusaient, quelques réponses vagues. Une clope mal éteinte, un manque d'attention, un zeste de fatigue extrême, la recette d'un incendie réussi. T'avais envie de te barrer, de quitter ce lieu maudit, trouver un banc où passer la nuit. Les rues de la ville grouillaient d'endroits insolite pouvant accueillir les âmes errantes, égarées, meurtries. Tes affaires sous le bras, un dernier coup d'oeil à ce spectacle désolant la gorge serrée, les yeux rougis, colère grondante au creux de ton estomac, un sourire à la demoiselle.  «  Merci de vous être arrêté ». T'avais balayé des yeux les fourmilles grouillante autour du cadavre encore fumant.  « Ils auront peut-être des questions ou je sais pas mais ça devrait pas être long, bonne soirée » Souffle court. Tes poumons n'étaient plus que des semelles noircies par des années de rouleaux consumés et un peu de fumée mortelle, cocktail explosif. Nuit noire. T'avais entamé une longue marche sur la route principale, une certaine amertume en bouche. Randonnée nocturne saccadée, la douleur, le souffle coupé, des affaires qui tombaient, tout semblait vouloir t'empêcher de rejoindre la ville, de t'allonger quelque part dans un coin, de te laisser te blottir dans les bras de Morphée pour quelques heures, pour un moment. T'avais jeté tes fringues quelques mètres plus loin à la lisière d'un bosquet pas bien grand. Abandon. Tu t'étais laissé tomber sur ton tas de vêtement, en retrait de la route, un peu honteux sûrement, t'espérais des automobilistes qu'ils tracent leur route, pas de coup d'oeil, pas de curieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Sam 27 Aoû - 9:10

i see fire
cassidy & tala

T’étais de ces personnes qui pensaient que rien n’arrivait au hasard. Tout arrivait pour une raison précise. Dans un but précis. T’le sais pas. Personne le sait jusqu’à ce que ça arrive. Et ce soir t’étais là accrochée à ce volant. Les pensées dans le vague. L’âme en peine. Et t’étais tombée sur ce triste spectacle. Par instinct tu t’étais arrêté. T’avançant vers le danger de cette lumière rougeoyante. Ce cri parvenant à tes tympans. Tu l’avais vu là. Assis à une distance de ce feu destructif. Cette fumée toxique. Ta main délicate qui se pose sur son épaule. Tes mots qui se veulent doux. Surprenant contact. Il se tourne vers toi. Un soupir qui s’échappe d’entre ses lèvres. Ton appel aux pompiers. Leur sirène qui parvienne rapidement à tes oreilles. Il t’explique qu’il vient de perdre sa maison, une partie de ses affaires et une de ses mains. Tu grimaces. Mal pour lui. Son rire. Rire nerveux. Te fais arquer un sourcil. Et te mets mal à l’aise sur le moment. T’sais pas quoi lui dire. Un désolé. N’éteindras pas ce feu. Ton désolé ne lui rendra pas ce qu’il a perdu. Perdu. Consumer par ses atroces flammes. Mais lui était là. Bien vivant. Au final. C’était l’essentiel. Tu grimaces de nouveau quand il se met à tousser. Cracher ses poumons. Ta main qui se pose cette fois dans son dos. T’peux pas y faire grand-chose. Malheureusement. Il est en vie. C’est ce qui compte. Le matériel. Les affaires. Ça se remplace. Mais quand t’es mort. Bah. T’es mort. On te remplace pas. Même si t’peux comprendre la valeur sentimentale. Et le fait qu’il a vraiment tout perdu. T’es certaine qui cela ira pour lui. Les pompiers arrivèrent. Leurs camions arrivant. En fanfare. Leurs sirènes hurlantes. Prêt à faire taire ce triste spectacle. Qui teinte la nuit de son rougeoiement sinistre. Attaquée par leur pire ennemie. Cet océan qui s’abat sur elles. Sans pitié. Bientôt il ne restera plus que la carcasse de ce qu’était sa maison. T’regardes. T’as peine pour lui. Il répond à des questions. Toi t’observes. Silencieuse. Un sourire. Un merci. Haussement d’épaule. Sourire. « bonne soirée ». Que tu lui murmures à ton tour. Même si tu réalises que le bonne soirée n’aurait peut-être pas dû sortir de ta bouche. T’te sens ridicule sur le coup. Il vient de tout perdre. Et t’lui souhaites une bonne soirée. Bravo. Tu restes encore quelques minutes. T’expliques ce que tu fais là. Puis tu retrouves, ta voiture. Celle de Merliah. Tes mains sur ton volant.

Tu reprends la route. Doucement. Faisant durer un peu plus ton retour à la réalité. A la ville. Puis à la lueur de tes phares. T’le revois. Ombre en retrait. T’es yeux l’ont pas loupés. Tu freines. A sa hauteur. Tu t’arrêtes de nouveau. Tu sors de ta voiture. T’approche. « viens, je t’offre mon canapé ce soir ! t’as besoin de te reposer et qu’on soigne ta main ! ». Tu lui tends ta p’tite main. On a décidé de le mettre sur ton chemin. Ce n’est pas pour rien. Vos chemins devaient se croisés. Evidence. T’sais pas encore pourquoi. Tu l’ignores encore. « il est très confortable j’te promets ! ». Un p’tit sourire se dessine sur tes lèvres. Il se décide. Enfin. Tu remontes dans ta voiture. A tes côtés. Ce parfait inconnu. T’as vraiment pas peur. Toi. T’invitais un parfait inconnu. Parfait inconnu. Dont t’as vu sa maison partir en fumée. T’as envie de lui faire confiance. Comme un signe du destin. Tu passes l’entrée de la ville. « tala…je m’appelle tala ! ». Brisant le silence qui s’était ainsi installé dans l’habitacle. Alors que bientôt. Le manoir de Merliah se dessinait devant vous. Quatre ans que t’vivais ici. « t’vas dormir dans un manoir en plus…t’en as de la chance ! ». Ta voiture qui s’arrête.
Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Sam 27 Aoû - 18:05


⊱ i see fire.



Lit de fortune. T'avais jeté tes affaires autour de toi, l'herbe accueillant ton corps douloureux, lourd. Poids mort sur quelques bruns malheureux, la ville, les rues, elles attendraient. Ton regard posé sur ce voile noir parsemé de billes luisantes, scintillantes, tu n'allais pas laisser les bras de Morphée t'enlacer, tu ne pouvais pas. Le crépitement incessant des flammes qui sonnent et résonnent encore dans ton esprit comme les sabots de mille chevaux galopant à l'unisson, les effluves agressives et nocives des flammes léchant les parois de ton petit cocon pour les engloutir, les détruire, les briser, la douleur d'un contact un peu trop brutal entre ta peau et cet inox déjà imprégné par la chaleur étouffante, trop d'images, de sensations, trop de tout. Bruissement d'herbe sèche achevée d'un coup de semelle, deux, trois, ton regard s'était posé sur la demoiselle dressée devant toi, visage familier, elle t'avait repéré. Haussement de sourcil, tu t'étais mis sur tes coudes, scrutant ton interlocutrice de haut en bas tandis qu'elle t'offrait de quoi crécher pour la nuit. Solidarité, pitié peut-être, t'as pas moufté, t'as pas parlé. Main tendue, bienfaitrice. Sourire sincère, sourire gêné, nouveau contact, sa peau contre la tienne. « Merci. » Tousser à nouveau, respiration difficile. Des mots pour apaiser les maux, un geste rédempteur. Tes affaires dans le coffre, ton cul à l'avant, le silence était maître dans l'habitacle, les yeux rivés sur le paysage nocturne qui défilait, toi, d'habitude si bavard, au débit de parole battant tous les records, tu restais muet, le coeur lourd, l'esprit ailleurs. Silence brisé de sa douce voix, elle avait attiré ton regard, ton attention. Étrangers en tout point, un prénom pour un visage, t'avais esquissé un léger sourire. « Cassidy, tu peux m'appeler cass. » Surnom balancé, voile opaque sur ta petite personne qui disparaissait lentement, apprendre à se connaître petit à petit, se découvrir, c'était la beauté d'un lien naissant, elle avait vu ta vie partir en fumée sous tes yeux, l'air dépité, elle avait été une partie de ton existence. Manoir qui se dressait devant ta petite personne comme un rempart protecteur, intimité dissimulée entre quatre murs. «  C'est énorme ! » Tes yeux balayèrent l'immense foyer, pilier d'une vie, peut-être plusieurs tu n'en savais trop rien. Sourire enfantin qui s'était dessiné sur ton visage. Jamais tu n'avais posé le pied dans une baraque aussi imposante, jamais tu n'avais eu l'occasion de visiter l'antre d'un lieu aussi colossal, un peu impressionné peut-être, t'avais laissé un petit rire s'échapper, la bouche grande ouverte, sale gosse. Tes affaires sous le bras, t'avais emboîté le pas à ton hôte, la marche lente, bien trop impressionné par ce géant hérissé devant ta petite personne. «  Tu vis toute seule dans ce château ? c'est carrément tripant ! » Trente piges, vocabulaire d'un adolescent, jamais tu ne grandira.

_________________

Vieux frères, ça a commencé y'a plusieurs mois mais au début j'ai pas relevé. Comment je pouvais me douter en même temps?
J'ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.— Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Dim 28 Aoû - 9:58

i see fire
cassidy & tala

Ta fin de soirée ne s’était pas tout à fait passée comme tu l’imaginais. Quelques heures en dehors de la ville. Ce soir précis. Et te voilà sur ce chemin. Cette route. Comme un signe du destin que tu devais être là en cet instant. Arrêté. T’avais assisté à la perte de sa maison. D’une partie de ses affaires. De ce qu’il avait. Sans le vouloir. T’avais assistée à cette sinistre fin. Présente dans un moment de sa vie bouleversante. Qui allait tout changer pour lui. Ces flammes hautes. Brûlant sans regret chaque parcelle. Ne laissant que cendre et fumée toxique. Chemin qui se sépare. Tes petits mains qui retrouvent le volant. La route redevient tienne. Seule. A cette heure-ci. Les routes sont vides. Vide de monde. Seule. Roulant doucement. Sans envie particulière de retourner vite chez toi. Ton temps t’le prends. C’est ainsi qu’à la lueur des phares. T’le vois là. Dans ce tas d’herbe. Non. Mais. Il comptait vraiment passer la nuit-là. T’avais bien conscience qu’il n’avait plus rien. A part ses quelques affaires. Ta voiture qui s’arrête de nouveau. Ce chemin qui te mènent de nouveau à lui. T’lui offres un toit pour la nuit. T’as pas pitié de lui. T’as juste envie d’être gentille. T’supporterais pas de l’avoir laisser dans ce tas d’herbe. Alors que t’as la possibilité de lui offrir un toit et un endroit confortable pour dormir. Ta main qui se tend. Invitation à te suivre. Sa peau bientôt contre la tienne. Un merci prononcé. Un sourire sur tes lèvres. Vous retrouvez la voiture. Tu reprends la route. Il ne reste que quelques minutes avant d’arriver à ta demeure. Enfin c’est plutôt la demeure de Merliah. Ta meilleure amie. Ta jolie blonde. Silence dans l’habitacle. Tu regardes ta route. T’finis pas te présenter. Après tout, il allait passer la nuit dans le salon, sur le canapé. Autant que vous sachiez vos prénoms. Que vous en sachiez un minimum l’un sur l’autre. Sourire sur tes lèvres. Cassidy, Cass. Noté dans ton p’tit crâne.

Bientôt le manoir qui se dresse devant vous. T’devais remercier ta meilleure amie, pour avoir la chance ainsi d’habiter sous ce toit. Tout ça. C’est grâce à Merliah. Sans elle, t’habiterais dans un appartement miteux. T’as pas les moyens de te payer un truc pareil sinon. Il semble impressionné devant la structure. Qui ne le seraient pas ? T’avais eu la même réaction la première fois. Tu remarques ce sourire différent. Plus enfantin qui se dessine sur ses lèvres. Et ton sourire s’agrandit un peu plus. Amusée. Il ressemblait en l’instant à un gamin qui découvre son cadeau de noël. T’étais amusée par son comportement. T’avais un gamin avec toi. Et cela te faisait doucement rire. Tu t’avances vers la porte d’entrée. Tu passes le perron. « oh non ! on est plusieurs à vivre ici, on est cinq…il appartient à ma meilleure amie…elle nous héberge…j’suis ici depuis quatre ans maintenant. ». Quatre années que t’vis sous ce toit. Au décès de la grand-mère de Merliah. A qui appartenait ce manoir. T’étais venue la rejoindre. Présence pour elle. Et de fil en aiguille. T’étais restée. Et t’étais pour l’instant pas prête à partir. T’y étais bien. Et comment dire que cette colocation était bien loin d’être ennuyeuse. Vous étiez de vrais gamins. Et parfois vos soirées virés en vrai bordel. Où la joie et les rires étaient de mises. T’ouvres la porte d’entrée. Tu t’effaces pour le laisser entrer. « mais ce soir, il n’y a personne…même mon p’tit ami est en vadrouille et ne rentre que demain ! ». T’aurais même pas proposé que Cass vienne. Si Ange avait été là. T’sais trop bien comment il aurait pu réagir. Et t’avais pas envie. T’avais pas envie que cela dégénère une fois de plus avec toi. T’savais à quel point il pouvait être violent et mauvais. Tu refermes la porte. T’enlève tes chaussures. « fait comme chez toi…installes toi ! ». T’allais dans la cuisine. Ouvrit le frigo. Pris une p’tite bouteille d’eau. Que t’allais déposer sur la table basse. Pour lui. Puis t’partais dans la salle de bain. Récupérer la trousse de secours. Pour soigner sa main. Tu déposais pareil sur la table basse. Un sourire dessiné sur tes lèvres. Tandis que tu t’asseyais sur le table basse en face de lui. T’ouvris la trousse de secours. « donne-moi ta main ! ». Et tu commençais à faire ce que t’pensais avoir à faire. « faudrait quand même que t’ailles voir un médecin demain ! ». Pas que tu t’inquiétais. Mais un peu si. Après tout. Il avait inhalée déjà des fumées toxiques. Et tu trouvais pas sa main jolie, jolie. Mais ce n’était que ton avis, de fille qui n’y connaissais rien à la médecine.
Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Dim 28 Aoû - 18:39


⊱ i see fire.



Sensation étrange qui imprègne ton coeur et ton corps, légèreté, rédemption. Trente-trois piges, songes de gosse, cette bâtisse, dressée devant ta petite personne, t'impressionnait. Tu te voyais déjà visiter la moindre parcelle, la moindre pièce, courir, éclats de rire qui résonnent et se perdent, rêveries bien vite avortées, tu n'étais pas chez toi. Douce voix qui avait attiré ton regard, elle n'était pas seule, sans surprise. Une seule âme ne pouvait occuper un espace aussi immense. Tant mieux. Murmure imperceptible, quelques mots à toi même, tu ne la connaissais pas et pourtant, ça te réconfortais à l'idée de ne pas la savoir isolée de tout, isolée du monde. Un sourire, hochement, merci bien. Quelques pas hésitants, coup d'oeil à gauche, à droite, tu ne savais trop où te mettre. Vous n'étiez que deux, ce soir, coeur léger. Tu te voyais mal débarquer au milieu d'une scène de vie, chambouler quelques existences, cheveu sur la soupe. T'osais à peine bouger, à peine respirer, l'élément de trop dans l'équation d'une vie qui n'était pas la tienne, tu n'étais pas à ton aise. Mouvements mécaniques, automatiques, tu la voyais s'afférer sous tes yeux, gestes naturels. T'avais quitté Tala tu regard, scrutant attentivement tout ce qui pouvait se trouver autour de ta petite personne, un pas, puis deux, la machine était lancé. Curiosité de gosse, tu posais tes mains sur tout. Mobilier, objets de décoration, rien n'échappait à cette manie que t'attraper, de tourner et retourner dans tous les sens tes pauvres victimes inanimées. Observer, analyser, t'amuser avec, jongler, fouineur. Quelques mots qui se perdent à tes oreilles, elle avait gagné ton attention, c'était rare. Deux, trois, cinq pas en sa direction, ton regard qui divague, qui se pose et se repose mille fois sur les détails de ce manoir qui allait être ton foyer l'espace d'une nuit. Ton cul sur le sol, les jambes croisées, l'habitude. Grimace. Tu l'observais faire, tu l'entendais dire. « ça a pas l'air bien grave je pense pas que j'en mourrai. » Réalité en face. Tu ne pouvais tout simplement pas. L'avenir incertain, l'avenir peu sûr, l'avenir précaire, il te fallait avant tout te trouver un toit, un autre toit, un autre refuge. « Je ne m'éterniserai pas demain, c'est déjà cool de ta part de m'avoir invité pour cette nuit alors qu'on s'connait même pas. Je t'offrirai une pizza, c'est pas un manoir mais c'est tout aussi kiffant! » C'est tout ce que t'as. Rire qui s'échappe, toux qui te rattrape. « J'livre les meilleures pizzas d'la ville ! » Coup de pub. Non, c'était vrai, tu livrais pas de la merde. Filtre opaque qui s'éclaircissait un peu plus, lentement, au fil de la conversation, au fil de la nuit.

_________________

Vieux frères, ça a commencé y'a plusieurs mois mais au début j'ai pas relevé. Comment je pouvais me douter en même temps?
J'ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.— Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Dim 28 Aoû - 20:32

i see fire
cassidy & tala

La bâtisse qui se dressait devant vous. T’avais pris l’habitude à force. C’était devenu banale pour toi. De te retrouver devant ce manoir. T’avais presque plus conscience de l’effet qu’il pouvait faire. Alors t’étais amusée devant son air enfantin. Impressionné. T’avais presque oublié l’effet qu’il pouvait faire. Le quotidien te fait oublier les choses les plus belles à force. A force d’y vivre. Non. Oh non. Tu vivais pas seule ici. T’auras pas pu. Déjà te payer un manoir. Et ensuite y habiter seule. Trop grand. Trop vaste pour ta simple petite personne. Non. T’avais tes colocs. Et t’avais Ange. Ton p’tit ami. T’sais que tout le monde rêverait de le faire partir. Merliah. Alexis. Qui ne le supportait pas. Tu leur imposé Ange. Tu le leur imposé parce que tu l’aimais. Malgré tout ce qu’il te faisait subir. Les bleues qu’il laissait sur ta peau. La douleur. Tu l’aimais. C’était plus fort que toi. Et les filles l’acceptaient. Non elles ne l’acceptaient pas. Elles le toléraient. Pour toi. Seulement pour toi. Tu rentres. Il rentre. Il pouvait faire comme chez lui. Pour cette nuit. Ce lieu était aussi le sien. Rien que tous les deux ce soir. T’pourras apprendre à le connaître. Sans être embêtée. Sans être interrompu. Sans qu’il se retrouve mal à l’aise au milieu de vous tous. Tu te mets à l’aise. Tu vas à droite. A gauche. Tu récupère une bouteille d’eau. Tu pars à la salle de bain. Récupérer la trousse de soin. Hop. Hop. Pendant qu’il prend connaissance des lieux. Qu’il regarde. Observe. Votre chez vous. Ton toit. Ce toit que tu lui offres. Gentiment. Généreusement. T’entendais la voix de ton frère résonner dans ta tête « tala t’es folle, on invite pas des inconnus chez soit comme ça ! ». T’es folle. C’est pas nouveau. T’as pas conscience du danger. Ou t’aime le danger. Tu sais plus à force. Mais t’sais pas pourquoi. Mais au fond. T’sais que tu peux lui faire confiance. Tu l’invitais à te rejoindre. Pour panser sa main. Sa main meurtrie. Il s’assis par terre. Silencieuse dans un premier temps. Tu commençais. A faire ce que t’avais à faire. Tu lui conseillé d’aller voir un médecin demain. Tu trouvais pas ça joli. Mais t’étais pas dans le milieu médical alors bon. Lui. Cela n’avait pas l’air de l’inquiétait plus que cela. Bon. C’est sa main. Hein. T’aurais fait ton job pour ce soir.

« Je ne m'éterniserai pas demain, c'est déjà cool de ta part de m'avoir invité pour cette nuit alors qu'on s'connait même pas. Je t'offrirai une pizza, c'est pas un manoir mais c'est tout aussi kiffant! » . C’est vrai ça. A part son nom. Et le fait qu’il est tout perdu. T’savais rien de lui. Comme il ne savait rien de toi. Tu laissais échapper un rire d’entre tes lèvres. Mais tu grimaças à sa toux. Il livrait apparemment les meilleures pizzas de la ville. Et t’en avait encore jamais goûté. Il allait fallait remédier à ça et très vite. Tu laisses de nouveau échapper un p’tit rire. « j’allais pas te laisser dormir sur ce tas d’herbe, dieu sait quelle bestiole aurait pu te dévorer ou te piquer pendant la nuit ! beurk horrible ! ». Oui. Oui. T’aurais pu évoquer milles raison. Mais t’évoqua les bestioles. T’détestais les insectes en général. D’ailleurs les filles le savaient. Et adoraient te faire des farces sur ça. « et les pizzas c’est la vie ! alors je goûterais au meilleur pizza de la ville avec grand plaisir merci ! ». T’attrapais la bouteille d’eau à côté de toi. Et t’la lui tendais. « faut que tu boive un peu ! ». Tu te levais et allée t’en chercher une aussi. Tu reviens. Tu t’assois sur le canapé. « toi tu livres les meilleurs pizzas de la ville et moi je prépare et sert les meilleurs cocktails de la ville ». La fille aux cheveux roses, derrière le comptoir c’est toi. Tu bois une gorgée de ton eau. « si jamais t’as besoin de la salle de bain, celle des garçons c’est juste celle-là ! et si t’as besoin de quoi que ce soit n’hésites pas, tu te sers, le frigo, les placards. ». Tu pointes du doigt une porte. Autant qu’il évite de se retrouver dans celle des filles. Et puis tu montres la cuisine à quelques pas. Tu plantes ton regard azur sur lui. Tu te mords la lèvre inférieure. Tu fais cela, quand tu sais que t’vas peut être posé une question qui fâche. Et tu te connais t’sais que tu vas quand même la poser. « cela faisait longtemps que tu vivais comme ça ? ». Petit sourire en coin. Timide.
Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Lun 29 Aoû - 17:28


⊱ i see fire.



Tu l'aimais bien, Tala. Papillon de nuit qui volait et virevoltait, porté par le vent et un peu de hasard, elle était venu se poser à un moment douloureux de ton existence. La perte d'une vie, la perte d'un tout. Deux âmes que tout semblait opposer, deux existences bien différentes et pourtant, vous étiez là, l'un devant l'autre, à partager, échanger, discuter, intimité naissante, t'étais à l'aise. Sa voix se perdait, ricochait entre les murs qui formaient un cocon, un bout de monde inaccessible, un bout de monde qui t'avait ouvert ses bras alors que tu n'espérais plus grand chose. Un sourire, sincère, amusé. Quelques insectes grouillant, un tapis d'herbe renfermant une autre forme de vie, un autre univers, ils étaient là bien avant toi et pourtant, t'étais à deux doigts de t'imposer dans leur quotidien bien ficelé. Rien ne semblait vraiment pouvoir t'effrayer. Une araignée grimpante, un ver rampant, seule une simple guêpe pouvait provoquer en toi, un sentiment d'angoisse, ridicule. « J'retiens ça ! » Menteur. T'allais y penser quelques secondes, quelques minutes au maximum avant que cette pensée ne s'égare. Trop dissipé, trop éparpillé, tu lançais des phrases sans fond, quelques mots creux, je te rappelle plus tard, on se voit vite, il fallait sans cesse revenir vers toi pour espérer obtenir quelque chose de vrai, de concret, te rappeler qu'on existait bien, qu'il y a un mois de ça t'avais promis un verre dont on n'avait toujours pas vu la couleur, c'était pas méchant, c'était toi. Ton regard s'était posé sur l'eau qui se balançait de gauche à droite retenue par le plastique. Une, deux, trois gorgées, tu crevais de soif, tu ne t'en étais pas rendu compte, t'avais descendu l'entièreté de la petite bouteille tandis que ton hôte s'en cherchait une. Le cadavre gisant sur la table, le liquide qui remplissait ton estomac, comblait un certain creux, nouvelle rédemption. Tes yeux filèrent sur ta main meurtrie avant de se perdre autour de toi, absorbé par ce nouvel élan de curiosité, observer à nouveau les alentours, l'écouter parler, la découvrir un peu plus. « Tu fais des cocktails ? Oh c'est tueur ! » Éternel gamin un peu plus émerveillé chaque minute, t'avais très vite laissé ton esprit de bambin pour suivre les quelques instructions de ton hôte. Hochement de tête pour acquiescer, quelques coups d'oeil, repérer les lieux, repérer l'endroit, tu pouvais te servir, t'allais pas le faire. Electron libre qui d'habitude plane, s'invite et s'impose, tu restais à ta place, tu ne t'éparpillais pas, tu n'occupais que très peu d'espace, la gêne peut-être, l'envie de t'effacer après cet élan de bonté déjà bien trop grand pour toi, tu n'étais pas le vrai Cass. Un sourire, merci pour tout. Tu t'étais rapidement levé, t'étirant de tout ton long. Quelques pas en direction de la salle de bain, sa voix qui faisait barrière, qui t'avait stoppé, question invasive, un peu trop personnelle. Une main dans les cheveux, tu t'étais retourné rapidement. « Ouais... Quelques mois. » Raclement de gorge. « J'lai acheté en partant de chez mes parents pour voyager, j'aime bien ça t'sais puis ça me permet de me poser un peu partout, en arrivant ici j'ai pas pensé à trouver un appartement comme j'étais déjà bien installé. » Mensonge et vérité qui se marient, se mêlent et s'entremêlent, l'impression de pouvoir vivre où bon te semble, l'impossibilité pour ta petite personne de trouver un vrai foyer, c'est pas l'envie qui te manquait, les moyens n'y étaient pas. « Mais j'pense que je vais pas avoir le choix, je prendrai un hôtel en attendant d'avoir un vrai toit. » Tu prendra rien du tout. La rue allait te happer, les squattes, les coins paumés, tout y passera.

_________________

Vieux frères, ça a commencé y'a plusieurs mois mais au début j'ai pas relevé. Comment je pouvais me douter en même temps?
J'ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.— Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Lun 29 Aoû - 20:37

i see fire
cassidy & tala

T’avais pas vraiment choisi ta vie. Tu l’avais laissée te porter. Tu l’as laissée faire de toi ce que tu es. Penser à demain. Non. Penser à hier. Certainement. Penser à aujourd’hui. Evidemment. Bouffée par ton passé. Flippée par ton avenir. Désespéré par ton présent. Un père absent. Une mère présente mais absorbée par son travail. Deux grands frères. Le décès de ta mère plus tard. La descente d’un de tes frères. Ce soir où tout à basculée. Où tout à dérailler. Dans ta vie. Finalement pas si mauvaise. Déraillement complet. Perte de contrôle. T’as plus jamais été la même. Disparation de ton frère. Une porte qui claque. Plus que vous deux. C’était il y a sept ans. Rencontre importune avec une p’tite vermine. Cinq ans. Il est rentré dans ta vie. Violence. Désillusion. Terreur. Et amour. Violence encore. Tes cheveux qui se teintent de rose. Non. T’es pas née avec les cheveux roses. T’étais une jolie brunette. Depuis le rose fait partit de toi. Tes cheveux sont une part de ta vie. De ce que tu es. Une gamine dans un corps de grande. Dans une vie de grande. Quatre ans. T’étais arrivée ici. Quittant ton seul frère encore là. Soutient à ta meilleure amie. Qui se laissait peu à peu dépérir après la perte de sa grand-mère. Epaule pour pleurer. Mot pour réconforter. Présence pour moins se sentir seule. Une nuit. Deux nuits. Trois nuits. Quatre années. Que ta p’tite âme errée dans ce manoir. Il en a vu des belles. T’en a vu des belles. Il a été témoin de la violence de votre amour avec Ange. Témoin de vos gamineries. De vos blagues. De vos jeux à tous. Tous. Il a entendu des fous rires. Des cris. Des larmes. Et encore des rires. Il a tout vu. Tout entendu. Cette grande bâtisse. Si vieille qu’on a arrêté de compter.

Tu l’as laissé entrer en son antre. En son noyau. Salon remplit de souvenir. De doux et joyeux souvenirs. Livreurs des meilleures pizzas de la ville. Toi, t’es la meilleure dans les cocktails. T’te plaît dans ton travail. Bien qu’un avenir plus propice semble te tendre les bras. Et t’sais pas si tu veux t’y jeter. Où rester là. Là derrière ton bar. A t’amuser à servir des ivrognes. Et des gamins trop jeune pour en boire. Tu t’y plais. Même si le mieux est tentant. Tentation. Quand tu nous tiens. Tu le pris de boire. Avec toute la fumée qu’il a dû inhaler il devait mourir de soif. Toi tu pars t’en chercher une. « je t’en préparerais un, un jour j’te promets ! ». Un jour oui. Un jour. T’espère le revoir. T’espère qu’il ne disparaîtra pas juste comme ça. Après tout, il pourra faire ce qu’il veut. T’es juste la fille aux cheveux roses qui l’a recueilli pour une nuit. Qu’a assisté à la fin d’une partie de sa vie. T’avais vraiment l’impression d’un gamin en face de toi. Et cela te donnée un peu de baume au cœur. Des sourires sur tes lèvres. Un peu de fraîcheur finalement.

Tu lui montres la salle de bain. La cuisine. Les placards. Comme chez lui. Il fait comme chez lui. Il peut se servir. Accueillante. Sous tes airs parfois de p’tite louve sauvage, t’étais accueillante quand tu le voulais. Il repérait. Regardé ce que tu lui montrer. Surtout la salle de bain. Se serait bête qu’il se retrouve nez à nez avec une de vous trois. Puis il se lève. S’étire. Quelques pas en direction de la salle de bain. Et toi. Toi. P’tite louve curieuse. T’peux pas t’empêcher. Non. Tu peux pas. T’ouvre ta p’tite bouche. Et t’poses la question. La question qui te taraude l’esprit. Au lieu de commencer par des questions simple et pas personnelle. Non. Toi. T’allais pile dans le mille. Jackpot. Ou pas. Tu l’écoutes alors te répondre. Tu l’écoutes attentivement. Parfois t’te dis en l’écoutant, que t’aurais bien aimé avoir cette vie. Une vie d’errance. Pouvoir fuir dès que cela ne va plus. Pouvoir prendre sa maison et s’en aller. Il venait de prendre cela. Sa liberté. T’espérais qu’il puisse retrouver un logement rapidement. P’tite louve naïve. Naïveté qui te tient. « l’hôtel est pas mal en ville… j’espère que tu n’y resteras pas trop longtemps et que tu pourras trouver rapidement un autre toit ! ». Que tu lui dis. Un p’tit sourire en coin. « tu peux aller à la salle de bain…désolé de t’avoir interrompu avec cette question peut être trop personnelle mais...euh...merci d'y avoir répondu ! ». T’étais désolé oui. Tu le laissais aller là où il devait aller quelques secondes plus tôt. Toi t’allais dans la cuisine. Tu mourais de faim. T’sortais tout ce qui te passait sous la main. Salées. Sucrée. Tu mets tout sur la table basse. Et tu commences à grignoter en attendant qu’il revienne. « sert toi ! ». Que tu lui dis avec un sourire et la bouche presque pleine.

Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Mar 30 Aoû - 2:51


⊱ i see fire.



Promesse jetée au vent. Est-ce qu'elle était comme toi, est-ce qu'elle aussi lançait des mots qui se perdraient en quelques secondes, disparaîtraient sans crier gare, sans que personne ne s'en souvienne ? Affaire à suivre. Tes os craquaient sous ta peau, tes muscles se tendaient, s'étiraient, geste libérateur. Quelques pas. Question qui s'était cognée à ton esprit. Elle essayait de te connaître, d'en apprendre un peu plus sur toi, bête sauvage qui avait irruption dans son existence, dans son cocon, toi qu'elle avait sauvé d'un certain désespoir. C'était pas méchant, c'était pas violent, quelques mots innocents qui flottent et arrivent à tes oreilles, répondre d'un vague mensonge. T'avais esquissé un sourire à l'évocation de l'hôtel, hôtel dont tu ne verra jamais la couleur, jamais l'intérieur. Il était peut-être bien, il était peut-être confortable, t'avais peut-être un p'tit chocolat délicatement posé sur des draps en soie, en coton, en c'quils voulaient finalement, tu t'en fichais pas mal, c'était pas ton monde. « Oui, j'y suis déjà allé il est vraiment pas mal, c'est l'idéal quand t'es en galère ! » Instinctif, tu n'lavais pas vu venir cette phrase. Mensonge qui s'étalent et s'accumulent, elle n'y verra que du feu, pro en la matière, t'as appris à manier les esprits, à tordre les phrases et les mots pour ne laisser aucune trace d'une possible invention, bravo champion. Elle s'excusait. C'est toi qui aurais dû t'excuser d'avoir enterré la vérité six-pieds sous terre. « T'en fais pas c'pas grave, c'est normal ! » Normal d'être curieux quand t'as un étranger chez toi, normal d'être intrusif quand, instinctivement, tu tente une approche, tisser des liens, fil fragile. T'avais attrapé quelques affaires dans ton sac, esquissant un dernier sourire avant de t'engouffrer dans la salle de bain. Les deux mains sur le lavabo, t'observais ton reflet. Noir de suie. Sale gueule. Nouvelle quinte de toux, tes abdos qui se contractent, tes poumons qui se battent pour vivre, ne pas suffoquer, silence. Filets d'eau qui roulaient sur ta peau, balayait la terre et les cendres, souvenirs d'une nuit d'horreur qui disparaissaient en tourbillon dans les canalisations. Coup de serviette dans tes cheveux. Les vêtements propres glissaient sur tes épaules et provoquaient en toi comme un sentiment de renaissance, un presque retour à la normale. Curiosité qui remontait, tu t'étais perdu entre les pièces, tu visitais, tu touchais, t'explorais. Tu ne l'avais rejoint que quelques minutes après ta douche, bien trop éparpillé, bien trop distrait par ce qui pouvait t'entourer. L'appel de la nourriture, ventre creux, tu scrutais, envieux, ce que ton hôte avec déposé sur la table basse. Large sourire. « Oh, trop bien! » T'avais posé ton cul au sol, une nouvelle fois. Tu piochais, t'avalais, tu te gavais. « Merci Tala ! » Son prénom qui résonnait, première fois que tu l'avais nommé, première fois que ces quatre lettres sortaient de ta bouche. « C'est vraiment tueur ! » Bête affamée, bête qui semblait ne pas avoir mangé des jours durant, il t'arrivait de sauter des repas, parce que tu n'aimais pas cuisiner, parce que tu n'avais pas le temps et parfois même, parce que les moyens manquaient. « Tu vis ici parce que tu connaissais déjà tes colocataires ou parce que t'étais en galère ? » Tu manquais de t'étouffer. Silence. T'avais posé ton regard sur elle. Trop franc, trop direct, t'avais l'habitude d'aller droit au but, t'avais l'habitude de glisser sur les sujets épineux sans vraiment t'en rendre compte. « J'veux dire... non laisse tomber, désolé... t'as quelqu'un dans ta vie plutôt ? » Tu t'enfonçais.

_________________

Vieux frères, ça a commencé y'a plusieurs mois mais au début j'ai pas relevé. Comment je pouvais me douter en même temps?
J'ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.— Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Mar 30 Aoû - 9:40

i see fire
cassidy & tala

Question personnelle. Peut-être trop personnel. Pour quelques minutes de rencontres. Peut-être une heure. Peut-être un peu plus. T’perdais souvent la notion du temps. Egarée le plus souvent dans tes sombres pensées. T’voulais le connaître. T’voulais savoir des choses sur lui. C’était légitime non. Oui. Peut-être. Tu l’avais invitée chez toi. Dans votre p’tit cocoon. Il y avait sa place pour ce soir. Tu l’écoutais. L’écoutais te répondre. T’le croyais. Pourquoi aurais-tu envie de douter de lui. Il avait l’air honnête. P’tite naïve que tu étais. Se laissant porter la vérité qu’il veut te faire croire. T’le connais pas. Tu gobes ses paroles dans ta p’tite tête. Et puis finalement tu t’en fiches. S’il te ment. S’il dissimule la vérité. Il fait ce qu’il veut. Là où toi t’auras peut être envie de le revoir plus tard. Lui, ne partageras peut-être pas cette même envie. Peut-être te raccrochera-t-il à la perte de sa maison. A cet événement marquant. T’sais pas. T’sais pas. Bien, que t’restes persuadés, qu’on ne l’a pas mis sur ton chemin pour rien. T’espère qu’il retrouva un toit. Une maison. Une vie possiblement plus stable qu’une chambre d’hôtel. Ou squatter sur un canapé. Tu souris. Fallait que t’le laisses aller à la salle de bain. Se débarbouiller. Se rafraîchir. Difficile nuit. Dont il portait encore la trace. Tu t’excuses. Tu t’excuses d’avoir été si intrusif dans sa vie personnel. D’être allée directement chercher le plus personnel. Au lieu de te contenter des bases. Qu’est-ce que tu aimes. Ta couleur préférée. Et toutes ses questions, pour lesquelles tu t’en fichais royalement d’avoir les réponses. Il te rassure. C’est pas grave. Qu’il te dit. Un sourire agréable. Un sourire amical. Et t’le laisses rejoindre la salle de bain.

En attendant tu te laisses porter. Par ton estomac affamé. T’as faim. Ton appétit grandissant. Grandissant de jour en jour. Au fil du temps où se gamin grandissait en toi. Il l’ignorait. Là où toi tu remarquais ton p’tit ventre très légèrement bombé. Lui cela lui était invisible. T’étais juste comme cela. Toute façon cela se remarquait même pas. Seulement pour tes yeux à toi. Tu remplie la table basse de cochonnerie. Sucrée. Salée. Tant pis pour la ligne. Tant pis pour les réserves. T’as trouvée la cachette d’Alexis. T’es contente. Tu lui a piqué des trucs. C’est pas grave. Tu rachèteras. Ni vu. Ni connu. Tu commences à grignoter dessus. Quand tu l’entendis revenir. Un sourire qui se pose de nouveau sur tes lèvres. Il avait l’air content de toute cette nourriture disposé ainsi. T’le regardais ce gavais. Piocher à droite et à gauche. Manger comme s’il n’avait plus mangé depuis trop longtemps. Ton prénom qui résonnait dans la pièce. Pour la première fois sortit de sa bouche. Un sourire amusé qui se dessine sur tes lèvres. « de rien cass ». Tu poses ton regard océan sur lui. Une nouvelle fois il te sort le mot tueur. Un vrai gamin. Tu peux pas t’empêcher de te laisser porter à un p’tit rire. « t’as pas mangé depuis quand t’as l’air affamé….mais je t’en prie c’est fait pour toute façon ! ». Oui. Autant manger que laisser périr.

Et puis sa première question qui frappe à tes oreilles. Sortit naturellement et instinctivement. T’comprenais lui aussi. Il voulait être direct. Taper en plein dans le personnel directement. Il en avait le droit. Tu l’avais fait. Il pouvait. T’allais répondre. Quand il rajouta. « J'veux dire... non laisse tomber, désolé... t'as quelqu'un dans ta vie plutôt ? »  . Celle-là c’était la mauvaise question. Tu baisses le regard un instant. Un court instant. Un sourire en coin. « alors j’vais répondre à tes deux questions…la plus simple d’abord, je connaissais merliah quand j’suis arrivée, elle est ma meilleure amie depuis l’enfance, on se connaît par cœur… je devais être là que pour une nuit, quelques nuits, et voilà quatre ans que je vis aussi…puis ils sont tous arrivés les uns après les autres.. ». Un sourire amusée et heureux. Quand tu penses à tous ses bons souvenirs. Ici. Dans cette pièce. Cette simple pièce. Puis tu plantes de nouveau ton regard océan sur lui. « puis ta deuxième question…c’était elle, la mauvaise question, celle qui fallait pas poser ! ». Tu laisses échapper un p’tit rire à moitié nerveux, à moitié amusée. « dirons-nous que c’est compliqué… j’ai un petit ami, Ange, on est ensemble depuis cinq ans, il vit aussi ici… c’est pas toujours rose la vie de couple…». Et heureusement qu’il n’est pas là ici ce soir. Sinon Cass n’aurait même pas passé le pas de la porte. Tu juges bon, de passer sur la violence d’Ange à ton égard. Sur les bleue dont tu as peut être encore la trace quelques parts. T’expliques seulement que la vie de couple n’est pas rose. T’as beau adorer le rose. Avoir les cheveux roses. Tu vois pas la vie en rose pour autant. Tu passes aussi sur Shawn. Ton deuxième amour. Ton amant. Sur son amour doux et tendre. Tu passes, sur ce gamin qui grandit sous ton nombril. Tu passes sur ses événements. Sur ses troubles pensées. Qui t’ont ainsi fait quitter la ville quelques heures plus tôt. Et t’ont permis de le rencontrer. Tu lui offres tout de même un sourire. Vérité à moitié dites. Cachotterie. A ton tour.

Made by Neon Demon

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 23/08/2016
▬ Courriers : 73
▬ Points : 0
▬ Avatar : aaron paul.
▬ Crédits : sevenways , tumblr

▬ Âge : trente-trois années lumière
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : livreur de rêve pour les amoureux d'la pizza

▬ Dispo RP : busy.
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t178-des-histoires-a-raconter-casshttp://haven-bay.forumactif.org/t193-addicted-to-you-cass
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Mar 30 Aoû - 18:14


⊱ i see fire.



Fâcheuse habitude à t'immiscer dans la vie d'étrangers, t'imposer, papoter. T'avais dérapé, tu le savais, non, t'avais mal formulé ta question, c'était ça. Toi le sans-gène, tu t'étais plongé dans une situation que tu savais délicate, on ne peut rigoler avec toutes les âmes qui forment cette terre, on ne peut parler de tout avec tout le monde, tu semblais l'ignorer, de temps en temps. T'avais baissé les yeux, engloutissant un peu plus de nourriture pour combler le malaise, pour te faire taire. Sourire léger. Est-ce qu'elle t'en voulait, est-ce que tu l'avais blessé, est-ce que seulement elle allait te répondre ? Tu restais suspendu à ses lèvres. Sa voix qui résonnait enfin, tu buvais ses paroles. Rôles qui s'étaient inversés, elle aussi n'était là que pour une nuit, une simple nuit qui s'est transformé en quatre années. T'avais esquissé un sourire. Tu te retrouvais dans son histoire à défaut qu'elle, tu ne la connaissais pas, elle n'était qu'une fille aux cheveux rose, une âme qui s'est arrêtée l'espace de quelques minutes pour te tendre une main, pour t'offrir un toit sans rien demander, solidarité peut-être, un peu d'humanité sûrement. T'avais fait une pause dans ton marathon gustatif. Son regard s'était posé sur ta petite personne, tu ne l'avais pas lâché des yeux. Mauvaise pioche. Tu te mordillais la lèvre inférieur avant de baisser la tête, un peu honteux peut-être, pensant te rattraper, tu n'avais fait qu'enfoncer le clou un peu plus profondément, bravo champion. « oh mec je... » Tu n'avais pas les mots, tu ne les avais plus. Rire nerveux, sa voix qui résonnait à nouveau entre les murs du manoir, tu l'écoutais sans pouvoir poser tes yeux sur elle. C'est pas toujours rose la vie de couple. Le regard perdu, touché en plein coeur. Amertume qui te prenait à la gorge, frustration naissante au creux de ton estomac, tu fixais le vide, tu n'entendais plus, tu n'étais plus là. Non, ce n'était pas toujours rose la vie de couple effectivement. Il y a des hauts, des bas, quelques mots qui, tantôt rassurent, tantôt blessent, coup de poignard qui achève, des années brisées, incendiées d'une erreur, d'une faute et cette haine, cette haine que tu ne pouvais balayer, présente en permanence. Tes poings se serraient sans que tu ne t'en rende vraiment compte. Brusque atterrissage, tes yeux se posèrent sur ton hôte. La bouche ouverte, les yeux humide, t'avais pouffé de rire, rire nerveux, rire meurtri. Ton regard à nouveau sur le sol, appétit coupée. « Ouais, ouais la vie de couple c'est pas toujours rose, t'as bien raison. » Silence. Soupire. Tu t'étais levé rapidement, t'étirant à nouveau, main dans les cheveux, sourire gêné. « J'voudrais pas faire le relou mais je pense que je vais aller me coucher, je suis pas mal fatigué et cette soirée m'a carrément remué. » T'avais attrapé ce qui traînait sur la table, essayant d'aider à ranger du mieux que tu pouvais, c'était la moindre des choses, t'incruster, on te servait, tu te devais de donner un coup de main. Tu t'étais affalé sur le canapé, esquissant un sourire à ton hôte, derniers mots, derniers rictus. « Merci Tala. Merci pour tout, j'ai une dette envers toi. » Point positif de ta petite personne, de cette soirée, tu t'accrochais à tes promesses, à tes vraies promesses. Elle avait le pouvoir de venir te voir à n'importe quelle heure, pour n'importe quel motif, tu l'aiderais sans broncher, sans moufter, t'avais qu'une seule parole. « Bonne nuit. » Retrouver un peu d'intimité, un peu de solitude l'espace de quelques heures, jusqu'à ce que le soleil pointe à nouveau le bout de son nez.

_________________

Vieux frères, ça a commencé y'a plusieurs mois mais au début j'ai pas relevé. Comment je pouvais me douter en même temps?
J'ai pas remarqué tout de suite les flash colorés dans le noir, les éclats furtifs sur les parois et les visages.— Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Diamant
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 861
▬ Points : 0
▬ Avatar : charlotte free
▬ Crédits : la meilleure cosmic sheep (juliet)

▬ Âge : vingt trois ans
▬ Statut : En Couple
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Shore Beach.
▬ Occupation : barmaïd

▬ Dispo RP : libre encore
▬ Liens :
Spoiler:
 


Voir le profil de l'utilisateur http://haven-bay.forumactif.org/t94-stitches-talahttp://haven-bay.forumactif.org/t140-tala-qui-s-y-colle-s-y-pique
MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   Mar 30 Aoû - 18:50

i see fire
cassidy & tala

Direct. Au moins vous étiez direct. Sautant les étapes d’un début de relation sociale. Les présentations faites. Autant partir dans les questions personnelles. C’est toi qu’avais commencé. C’est toi qu’avais fait le premier pas vers le trop loin. Et il avait continué. Te questionnant sur ta présence ici. Avant de vouloir se rattraper et finalement piquer un peu plus profond. T’allais lui répondre. Disons que t’allais correctement répondre à sa première question. Et partiellement répondre à la seconde. Une nuit qui s’est transformée en quatre années. Et t’espérait beaucoup d’autre encore. T’étais pas prête à quitter ce beau manoir. Ni tes colocs. Et puis tu lui dis franchement. T’es pas du genre à garder pour toi les choses. Tu vas au but. Celle-là. Oui celle-ci. C’était elle, la mauvaise question. Comment lui expliquer. Lui expliquer que tu entretiens une relation avec deux hommes. Deux hommes différents. Distinct. Qui te donnait chacun à leur manière l’amour dont tu avais besoin. L’un se faisait violence et le second douceur. Deux parts de ta vie dont t’avais besoin. Au fond. Et ce bébé au milieu qui arrivait. Une graine pour deux pères. Ouais. Va deviner toi lequel t’as mis enceinte. Non. T’allais pas lui raconter tout cela. Pas ce soir. Pas maintenant. T’le sens vraiment gêné. Gêné d’avoir posé la mauvaise question. Mais t’lui en veut pas. Absolument pas. La vie de couple n’est pas rose. Oh non. Elle est même loin de l’être. Et toi. Toi, t’es pas allée non plus dans la facilité. Les hauts et les bas de la vie de couple. Digne des montagnes russes. L’amour des contes de fées ça n’existait pas. Ce n’était que pour émerveiller les enfants. Les p’tites filles qui voulaient croire prince charmant. Foutaises. Il n’existe pas. C’est pas tout rose. C’est pas tout beau. Et les bébés naissent pas dans les fleurs. Ni portée par la cigogne. T’le sens perdu dans ses pensées. Loin. Souvenir qui revenait ? T’en savais rien. T’demandais pas. T’attendais. Dans le silence qui s’était créé. Il te confirma que non ce n’était pas rose. Tu ne rajoutes rien. Tu remarquais ses yeux humides. Et son rire nerveux. Mais t’ne relevé pas.

Il voulait à présent se reposer. Il était en droit. Tu lui avais proposé un toit. C’était bien pour y dormir. Avec la soirée qu’il avait eu. C’était compréhensible. T’te levais. Commençant à ranger tout ce que t’avais sorti et posé sur la table base. Il t’aida. T’rangeais rapidement tout. Demain tu rangeras mieux. T’allais pour te rendre dans ta chambre au rez de chaussé. Le laisser tranquille. Pour ce soir. Dormir paisiblement. Se reposer. Quand ses mots arrivèrent à tes oreilles. « Merci Tala. Merci pour tout, j'ai une dette envers toi. » . Tu poses ton regard océan sur lui. Un sourire posé sur tes lèvres. « je t’en prie, c’était normal…t’me dois rien du tout, je t’ai invité avec plaisir ! ». C’était tout ce que tu avais à lui dire. T’l’avais fait avec plaisir. Avec ton cœur. Ton humanité. Sous tes airs de grande dure parfois. T’étais qu’une gamine au grand cœur. Qui aimait aider son prochain. Sans rien demander en retour. C’était ainsi. « bonne nuit cass ! ». Un sourire de nouveau. Et tu tournes le dos. Bientôt la porte de ta chambre se referme. Se referme sur ses quelques heures. Sur cette route qui t’a menait jusqu’à lui. Sur cette route qui a voulu te conduire à lui. T’enfile ton pyjama. Tu rejoins ton lit. Et te voilà partit loin dans les pays des rêves.

Made by Neon Demon


* THE END *

_________________
Un canon sur la tempe. J'ai le coeur et l'âme en paix. Ton doigt sur la détente. Fais de moi ce qu'il te plait. C'est violent mais c'est tendre. Presque animal. Quand la trajectoire de la balle épouse les formes de tes hanches  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i see fire - ft tala   

Revenir en haut Aller en bas
 
i see fire - ft tala
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire
» [3DO] Return Fire
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire
» Deck Recon: Rapid Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haven Bay :: FIRST OF ALL :: Billboard :: Archives :: RPs :: 2016-
Sauter vers: