Bienvenue à Tous
à ouvert ses portes le 17.08.2016
Merci à tous de nous avoir rejoint, nous allons passer de très bons moments ensemble.

Un petit coup de pouce pour booster le forum.
RENDEZ-VOUS ICI

Partagez | 
 

 we've probably met in my weirdest dreams. (silas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 34
▬ Points : 0
▬ Avatar : lily collins
▬ Crédits : (c)mystique

▬ Âge : vingt-sept ans
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Baltimore Road.
▬ Occupation : fleuriste


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: we've probably met in my weirdest dreams. (silas)   Lun 29 Aoû - 20:10



She wore flowers in her hair and carried magic secrets in her eyes. She spoke to no one. She spent hours on the riverbank. She smoked cigarettes and had midnight swims... w/ silas rosenwald.


Fin de journée. Calme olympien. Prudence avait laissé les clés à la jeune irlandaise, lui criant de bien penser à fermer l’arrière boutique, avant de monter sur la moto d’un homme que Sam ne connaissait pas. Elle portait un sourire radieux. Elle était comme ça, Prudence. La cinquantaine passée ; intrépide, sauvage, vivante. Entre l’employée et la patronne, une forme de respect mutuel, une sensation d’appartenance. La fleuriste aguerrie avait embauché la jeune immigrée qu’elle était alors qu’elle n’en avait pas besoin, pas forcément les moyens non plus. Et Sam… on pourrait dire qu’elle se découvrait une vocation. Quasiment six heures lorsque son téléphone sonna. Conor. « Je passe devant la boutique dans une dizaine de minute, je te ramène ? » « Non, c’est gentil, j’attends un client. » il avait toujours cette prévenance… depuis qu’elle s’était faite voler une roue de vélo, la brune s’était abonnée aux horaires de bus capricieux de cette petite ville. C’était ça où une petite heure de marche. À choisir. Alors oui, la perspective d’un chauffeur pour ce soir était alléchante, mais elle n’avait pas menti ; elle attendait véritablement quelqu’un. Elle ne savait ni son nom, ni même s’il viendrait réellement. Elles l’avaient repéré, avec Prue, ce client régulier. Souvent le même jour. Aujourd’hui ? Il avait quelque chose dans le regard, une forme de sérieux presque solennel au moment de choisir ses fleurs. Chanceuse celle à qui elles étaient destinées. Voilà pourquoi elle ne pouvait pas fermer boutique. Il pouvait passer.
Elle était dans la réserve en plein inventaire des engrais lorsque la cloche de la porte d’entrée retenti. Un sourire se dessina sur ses lèvres. La voix de Mme Lang lui aurait presque décroché un rire. Stupide, mais qu’est-ce qu’elle attendait ?! Reprenant ses esprits, elle rassura la vieille dame : bien sûr qu’elle lui téléphonerai lorsqu’elle aurait reçu les boutures de gardénia tant attendues. Mais oui, dans la semaine ! Non, elle n’aurait pas besoin de pots spéciaux et… il était là. Elle ne l’avait même pas entendu entrer. Il observait les lys, les roses, les orchidées. Mme Lang fini par lui redonner son numéro – ce ne serait que la quatrième fois, sait-on jamais – avant de la sommer de l’appeler. Et de repartir. Observant l’homme déambuler dans cette petite boutique, Sam hésita à lui proposer son aide. Avant de se raviser. Il n’avait probablement pas besoin d’elle. Elle ne connaissait pas ses habitudes ; c’était souvent Prudence qui s’occupait de lui. Alors elle le laissa venir à elle. Simplement. « Vous avez trouvé ce qu’il vous fallait ? »

_________________

Even as a child, she had preferred night to day, had enjoyed sitting out in the yard after sunset, under the star-speckled sky listening to frogs and crickets. Darkness soothed. It softened the sharp edges of the world, toned down the too-harsh colors. With the coming of twilight, the sky seemed to recede; the universe expanded. The night was bigger than the day, and in its realm, life seemed to have more possibilities.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: we've probably met in my weirdest dreams. (silas)   Mar 30 Aoû - 5:04

S’il y a quelqu’un pour dire votre nom, vous demeurez ici bas. Une partie de vous subsiste, et vous vivez, encore, jusqu’à ce que la mémoire se perde.

Silas regardait le ciel en marchant, il s’y noyait. Les yeux grands ouverts, extasiés, et les sens alourdis ; le monde s’était soudain comme renversé, éprouvant un vertige sans pareil, comme étendue face à un gouffre, comme à un pas de tomber, de sombrer, de chuter dans l’infini qui s’ouvrait devant lui. De toute son histoire, le peintre n'a malheureusement jamais pu complètement faire son deuil. Chaque soir, chaque nuit, ses souvenirs le torture inlassablement, lui rappelant ses heures les plus sombres. Ses heures ou il était avec elle. Elle, son souffle de vie, dans son regard de velours, où il n’y avait que la douceur d’un être candide, presque fragile tant elle appréhendait le monde avec l’innocence d'un l’enfant. Elle, sa petite sœur.

Afin de soulager les maux qui assaillent sont âme, il se rendait régulièrement sur sa tombe en compagnie de la réminiscence des anciens jours. Le soleil déclinait, la lumière rasante révélait chaque aspérité, chaque relief, glissant des ombres immenses et des silhouettes dansantes sur chaque habitations. L'arc de ses lèvres s'était figé. Le regard perdu dans la direction du fleuriste. Et puis il cligna des yeux comme si il émergeait d’un état second. Réservoir d’émotions confuses, il ne pouvait décrypter ce qui l’entourait avec la même clarté que tout autre. Son esprit tourbillonnaient comme le siphon d’une conscience absurde.

Le voile entre conscience et rêve se déchira à l'entrée, laissant percevoir les mille et une plantes présentes. Elles s’étalaient et s’étiraient au sol, formant de délicats mouvements entremêlés les unes au autres, au travers des pétales brillants d’indigo, éclataient des nuances moirées et des scintillements précieux. Surpris de ne pas voir Prudence, il n’eut pas à chercher longtemps avant d'apercevoir sa jeune employée. Une jeune femme à la beauté aveuglante.  

Avec des gestes soigneux, il tira une rose blanche, la manipulant avec une habileté et une délicatesse qu’on aurait réservée aux bijoux de grand prix.

Des yeux presque jumeaux s’élevèrent pour se croiser. « - Vous avez trouvé ce qu’il vous fallait ? » C’était comme si soudain il se noyait dans ces yeux, ces miroirs fondus qui avaient capté dans leur substance la lumière poudreuse d’un crépuscule d’été. « - Eh bien, comme Prudence est absente, je voulais avoir votre avis. » Un regard amusé, affectant une pudeur factice comme pour ménager son petit effet, puis ses yeux revinrent sur elle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 29/08/2016
▬ Courriers : 64
▬ Points : 16
▬ DC/TC : Personne
▬ Avatar : Alexander Ludwig

▬ Âge : 24 ans
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ Occupation : Game designer & donne de son temps, de son argent et de sa voix dans diverses associations caritatives

▬ Dispo RP : Yep

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: we've probably met in my weirdest dreams. (silas)   Mer 31 Aoû - 2:08

L'été c'est cool. Il fait beau, il fait chaud et y'a des pissenlits et j'adore les pissenlits

Spoiler:
 

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre de Bronze
▬ Arrivé(e) le : 18/08/2016
▬ Courriers : 34
▬ Points : 0
▬ Avatar : lily collins
▬ Crédits : (c)mystique

▬ Âge : vingt-sept ans
▬ Statut : Célibataire
▬ Orientation : Hétérosexuelle
▬ J'habite à : Baltimore Road.
▬ Occupation : fleuriste


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: we've probably met in my weirdest dreams. (silas)   Mer 31 Aoû - 19:18



She wore flowers in her hair and carried magic secrets in her eyes. She spoke to no one. She spent hours on the riverbank. She smoked cigarettes and had midnight swims... w/ silas rosenwald.


Elle observa discrètement sa posture, les lignes de son visage. Il renvoyait l’image d’une âme solitaire, de celles qui la fascinaient. Complexe dans sa façon de froncer les sourcils, délicat dans sa manière de se saisir d’une fleur, l’homme semblait… d’ailleurs. Elle aurait presque aimé prendre sa photo sans même qu’il s’en rende compte. Il tournait la tête vers elle. Trop tard. Tant pis. « - Eh bien, comme Prudence est absente, je voulais avoir votre avis. » le timbre de sa voix dans le silence de cette boutique la frappa. Ce n’était pas ce qu’elle attendait. Mais encore une fois, Sam ne savait pas, ce qu’elle attendait. Rien ? Un brin de mystère pour quelques secondes encore. Brisées. Parfaitement. « Les dahlias sont particulièrement beaux à cette période de l’année, ils s’associent très bien avec les daphnés. » c’était… vrai. Oui, elle n’avait pas menti, mais c’était la jeune fleuriste qui parlait, comme un automatisme ; comme une bonne vendeuse. Les fleurs, elle l’avait appris de la bouche de Prudence et de sa mère avant elle, n’étaient pas qu’un simple objet. Elles étaient aussi une véritable déclaration. D’un sentiment, d’une humeur, d’une envie. Voyant la rose, toujours dans sa main, l’irlandaise fini par la désigner. « Mais peut-être que vous préféreriez des roses ? » après tout, elle ne savait rien de lui. Visiblement il était habitué ; connaissant la propriétaire par son prénom. Pas de bague, il n’était pas marié, mais ces fleurs régulières étaient probablement pour une femme. Des femmes ? Homme(s), peut-être aussi. « C’est pour offrir ? » elle détestait cette question. Probablement parce qu’elle n’aimait pas qu’on la lui pose. Indélicatesse, intrusion dans la vie privée. Peut-être était-ce pour lui, parce qu’il aimait avoir un bouquet de fleurs fraiches sur la table de son salon ? Vous seriez surpris du nombre de personnes achetant des fleurs pour eux. Pourquoi pas lui ? Parce que… parce qu’elle le sentait. Baissant finalement les yeux sur un bouquet de tournesols, la brune repoussa une mèche qui lui barrait le visage d’un souffle léger. Elle n’aimait finalement pas cette proximité qui s’était créée par le simple fait de se retrouver seuls dans la boutique. Elle détestait cette impression de ne pas avoir le contrôle de son souffle, ou des picotements de sa peau. Sentir son parfum et son regard sur elle ne devrait pas avoir d’effet. Il n’était personne ! Personne. Et ne devait pas le devenir. C’était ridicule. Comme elle. Point.


Spoiler:
 

_________________

Even as a child, she had preferred night to day, had enjoyed sitting out in the yard after sunset, under the star-speckled sky listening to frogs and crickets. Darkness soothed. It softened the sharp edges of the world, toned down the too-harsh colors. With the coming of twilight, the sky seemed to recede; the universe expanded. The night was bigger than the day, and in its realm, life seemed to have more possibilities.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: we've probably met in my weirdest dreams. (silas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
we've probably met in my weirdest dreams. (silas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fragile Dreams.
» NiGHTS: Into Dreams [Sat]
» [SKULLTAG] Hell after dreams 3?
» [SKULLTAG] Hell After Dreams 1 et 2
» Présentation de Jodie-Dreams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Haven Bay :: FIRST OF ALL :: Billboard :: Archives :: RPs :: 2016-
Sauter vers: